Espé Lons  tennis de Table

Histoire

Hommage à Jacques LOISEAU

 

Textes écrits  à l'occasion de l'inauguration de la salle de Tennis de Table "Jacques LOISEAU" le 10 Décembre 2016.

 

Intervention de Jean-pierre LOISEAU

 Bonjour, 

Aujourd'hui, je profite de l'hommage rendu à Jacques pour vous lire un billet assez original écrit par le Père Jean RATTE en décembre 2005 relatant les premiers pas de votre section TENNIS DE TABLE.

 

L'Abbé RATTE, jeune prêtre a été nommé vicaire de la paroisse des Cordeliers en 1949. Il était également aumônier de l'Espé. A cette période, Jacques avait 16 ans.

Voici donc ce qu'il écrivait....

"C'était un soir d'octobre. Les vicaires du Père ECARNOT avaient l'habitude d'aller faire une petite visite, après les confessions à l'église des Cordeliers à la famille LOISEAU.

 La porte leur était toujours ouverte et ils retrouvaient Jacques et Jean-Pierre en train de jouer au ping-pong à la salle à manger, sur une table improvisée.

Or, ce fameux soir d'automne où les activités avaient repris après les deux mois de colo à La Frasnée, l'Abbé RATTE, Aumônier de l'espérance lança un appel aux deux pongistes amateurs et spécialement au plus grand: JACQUES.

-Pourquoi ne pas créer une section ping-pong à l'Espé? Elle s'ajouterait à d'autres, au Basket, à la Gym, à la Clique.

L'appel de l'Abbé ne se perdit pas dans la nuit qui venait de tomber, et sans doute, Jacques en s'endormant rêvait déjà à des lendemains.

Et le lendemain, en effet, on se retrouvait à quelques uns dans un local un peu plus grand que la salle à manger de la famille LOISEAU.

Certes, les 20m² qui servaient au Patro du Jeudi en cas de pluie n'étaient guère dignes d'une salle de sport, et récupérer une balle expédiée largement en dehors de la table devenait un sport que les maître de la discipline n'ont jamais connu et ne connaîtront sans doute jamais: ça au moins c'était original!

Pour jouer, on avait trouvé le moyen de s'offrir une bonne table de marque: une Kleystone. C'était la joie! Même s'il ne faut pas trop insister sur la façon dont on avait opéré pour se la procurer.

Le groupe des premiers arrivants ne tardait pas à se développer. Une équipe se formait, ça jouait fort, et une soirée d'hiver, on fait une rencontre avec les pongistes de l'amicale Laîque. Dans la salle trop petite s'étaient tassés les supporteurs du nouveau sport: LE TENNIS DE TABLE....

Aussi, l'Abbé RATTE qui voyait les effectifs du Patro du Jeudi et du Dimanche grandir, prît l'initiative de demander à M. HUMBERT, Menuisier, de fermer le grand hangar qui se trouvait au Clos Patro.

Enfin, on allait avoir de la place pour jouer de vrais matchs en récupérant des balles qui, autrefois, s'écrasaient contre les murs. Les tables s'étaient multipliées, et le local chauffé par deux poêles à sciure qui ronflaient avec parfois d'inquiétants retours de flammes.

Le temps était venu alors de lancer sur le Jura d'autres équipes pour permettre des rencontres locales. Ainsi, transportés par la 2cv, l'Abbé RATTE et Jacques commencèrent leur visite. Contact étant pris, ils arrivèrent tous les deux et retrouvèrent quelques jeunes et adultes avec le Curé.

Partout, ils furent bien accueillis, et la graine semée avait toutes les chances de porter du fruit.

Cousance, Longchaumois, Etival, Mouchard, Prénovel, Baume les Messieurs en demeurent les témoins. Ils furent les premiers qui, en 1953, permirent le démarrage d'une compétition en F.F.T.T. (Fédération Française de Tennis de Table).

Puis en 1956, Jacques va relier la section de l'Espérance à la F.S.C.F. (Fédération Sportive et Culturelle de France)

L'aventure du Tennis de Table avait commencé et allait se développer grâce à l'installation du Clos Patro, dans le hangar fermé par M. HUMBERT, de 6 tables Kleystone.

Pour les acheter, il a fallu trouver des fonds et comme les caisses de l'E.S.P. et de la paroisse avaient bien un fond, mais pas grand chose dessus, on fit preuve d'imagination. On ramassa et on vendit de la ferraille, des bouteilles, et on fit l'acquisition d'un manège de balançoires acheté à un forain. On l'installait dans des kermesses des environs. Ce n'est pas que ça rapportait gros.... mais comme on dit, les petits ruisseaux....  la preuve en est donnée.

Le temps des pionniers allait s'achever avec la vente du Clos Patro et la construction d'une salle de sport polyvalente où le Tennis de Table a pu prendre un nouvel élan. En effet dès 1957, l'Espérance glanait ses premier titres."

 

Enfin, j'ajouterais qu'une section féminine comprenant une dizaine de joueuses était engagée en championnat dès la saison 1957-58 et pour la petite histoire, la responsable est devenue plus tard la belle-soeur de Jacques.

Jean-pierre LOISEAU

 

Intervention de Damien LOISEAU

 

Bonjour à toutes et à tous, 

C'est avec grand plaisir que j'ai répondu positivement à la sollicitation de Benoît, afin de prendre la parole aujourd'hui. C'est une journée chargée d'émotions.

En me remémorant les années passées, ainsi que nos longues discussions, l'implication de mon papa dans le tennis de table et dans le sport en général, deux mots me sont venu à l'esprit.

Le premier la passion:

Hegel disait:"Rien de grand n'a jamais été, ni ne sera accompli sans la passion."

Il faut être passionné, pour passer son temps dans une salle, à écouter le bruit des balles, regarder des joueurs exaltés, faire et défaire les équipes, monter et démonter des tables, se déplacer chaque week-end à l'autre bout de la région ou du pays, défendre ses idées auprès des membres, des élus, des clubs concurrents ou instances dirigeantes, ... Il avait cette passion pour le tennis de table et jusque dans ses derniers moments ses yeux brillaient de plaisir, rien que d'en parler. Papa vivait cette passion avec ses bienfais et ses excès, comme dans toutes passion.

Le 2ème mot la valeur, ou plutôt les valeurs:

C'était un homme de grande valeur, qui avait des valeurs.

Valeur du bénévole, le don de soi, la disponibilité, les compétences, l'esprit d'écoute, ... j'entends souvent dire que c'est la fin du bénévolat, que les jeunes ne sont plus concernés, plus impliqués. C'est faux, 3 millions de bénévoles oeuvrent au quotidien en france dans le domaine du sport, cela augmente régulièrement te des gens comme lui savaient transmettre cette envie. Certes maintenant, ils sont de plus en plus épaulés par des entraîneurs professionnels, mais ils sont et demeurent in-dis-pen-sables. Le sports en France fonctionne, nombre de jeunes ont assuré le relais.

Valeur de bénévole, mais surtout valeurs du sport, pas le sport spectacle tant décrié, souvent à tort d'ailleurs, mais les valeurs fondamentales du sport. Il souhaitait un sport éducatif, formateur d'une jeunesse équilibrée, adhérente aux notions de combats, de respect des règles, de dépassement de soi, d'entraide,... Au delà du nom de la salle, le meilleur remerciement que vous puissiez lui donner, c'est de continuer dans cette voie. Continuez de faire de ce club, un lieu d'accueil et de convivialité, fier de ce qu'il est.

Ces valeurs, en partie apprises ici, dans cette salle, avec ses dirigeants, pratiquants et entraîneurs, sont maintenant les miennes; elles sont ancrées en moi, elles sont mon ADN. Quotidiennement je les transmets aux équipes de France dont j'ai la charge.

Ici dans ce club de "l'ESP" on trouve l'exigence et l'abnégation du sport de compétition, le plaisir du sport loisir, les rêves du sport de haut niveau.. Bravo!!

Au nom de toutes notre famille, vous tous, bénévoles, joueurs, cadres, on vous remercie de nommer cette salle du "clos", au nom de "Jacques LOISEAU", sachez que nous en sommes très honorés et très heureux comme il le serait lui-même.

En guise de conclusion je voulais vous dire, que je suis très fier de ce que Papa a accompli pour "l'Espé" et pour le sport Lédonien, il a apporté sa pierre dans la construction, sans fin, de notre société.

Merci à vous tous pour votre présence amicale et sachez que bénévoles ou professionnel: "Quand on est passionné on devient passionnant".

Je profites de cette occasion pour vous remettre un petit cadeau. L'équipe de France des mousquetaires (Gatien, Eloi, Legout, Chila) lui avait remis un maillot dédicacé, il était jusqu'à présent pendu dans son bureau, je pense que sa place est dorénavant dans cette salle.

Damien LOISEAU

 

Intervention de Patrick ROY

 

Bonjour à toutes et à tous, 

Monsieur le Président de l'Espérance Lédonienne, mesdames et messieurs les élus, Françoise, Fabrice, Damien, et toutes votre petites famille,

chers amis sportifs, 

Je tiens tout d'abord à excuser M. Pélissard Député-Maire et Président de l'Agglomération; il regrette de ne pouvoir assister à cette inauguration qui honore notre ami Jacques.

Sophie Oblinski, vice-présidente à l'Agglomération chargée des sports, actuellement au travail, nous rejoindra tout à l'heure, elle y tient tout particulièrement.

Ce n'est pas tant qu'ancien entraîneur et pongiste de la section ping, aux coté de Jacques, que je vais parler de lui mais en tant que Directeur des Sports qui l'a côtoyé comme élu de référence pendant de nombreuses années.

Effectivement, notre député-maire a confié le "portefeuille" des sports à Jacques pendant 2 mandats de 6 années; 2x6=13 c'est bien connu, grâce à l'année de bonus qui a été octroyée lors de son exercice.

13 années au cours desquelles Jacques s'est fait connaître (pour celles et ceux qui ne le connaissaient pas encore, mais je peux vous dire qu'en tant qu'ancien assureur, il n'y en avait pas beaucoup, il connaissait "presque tout le monde").

Les sportifs, les dirigeants, ses collègues élus, le personnel du service des sports et moi-même avons découvert sa facette de passionné du sport, mais de TOUS les sports.

Le tennis de table et l'Espérance Lédonienne restaient très chers à ses yeux, c'est certain, mais il a su prendre cette dimension d'élu responsable et de se mettre, comme il me disait parfois "au-dessus de la mêlée".

Un clin d'oeil au rugby bien sur, c'était un passionné qui passait de très nombreux dimanches dans les tribunes et qui se ravissait de voir les couleurs lédoniennes triompher... ce n'était pas toujours le cas...

Il a fait la connaissance de tous les sports, en tant qu'homme de terrain à qui il paraissait "normal" de visiter entre 5, 6 ... voire 10 club chaque week-end, Françoise ne me contredira pas. Le basket, le Hand-ball, la Gym Rythmique, le Badminton, le tennis.. je ne peux pas tous les citer, mais il avait à coeur de visiter tous les clubs au cours de la saison sportive. Il participait également, avec un très grand relationnel, à toutes les assemblées générales auxquelles la ville était conviée.

des manifestations classiques, il ne manquait aucune édition de la fête du sport, des 10km de Lons, les récompenses sportives, les grands prix de la ville de Lons...

Mais aussi de grandes manifestations qui ont eu lieu sous ses yeux d'adjoint aux sports, à commencer par la semaine internationale de cyclotourisme en 1995, il venait d'être nommé à ce poste.

Les championnats de France des jeunes de badminton en 2001, en pétanque les championnats de France triplette féminines et les championnats du monde juniors, les manches de coupes de France de VTT à Montciel: il passait plusieurs jours sur le plateau de Montciel donnant les départs, étant sur la ligne d'arrivée, et remettant les trophées.

Je n'oublie pas le rugby, avec la rencontre en 2006 France A' / Italie A', ni les championnats du monde de rugby junior avec le fameux épisode de la cravate officielle de la fédération Australienne.

Citons également le challenge national de cyclo cross des jeunes en 2004, les matches de coupe d'Europes de Handball délocalisés à Lons...

J'ai gardé le meilleur pour la fin: l'arrivée du tour de France le 23 juillet 2004, un des ses sports favoris qu'il suivait plutôt directement depuis son second chez lui, dans les Alpes.

Tant de manifestations qui ont passionné Jacques et qu'il a défendu avec une grande ferveur, et que j'ai pris plaisir à organiser et à accompagner avec lui.

Je ne peux terminer mon propos sans parler des équipements, entretenir et rénover ceux qui existent déjà, Jacques a toujours défendu le budget des sports au sein du bureau des élus municipaux. Et parfois contre tous les autres, avec une ténacité et une volonté farouches. Nous avions toujours préparé avec minutie tous les arguments pouvant défendre cette cause, mais ce n'était pas une partie facile.

Parmi les grandes réussites et réalisations des mandats de Jacques, citons bien entendu le stade Dumas mis en service en 2000, précédé par un terrain de grand jeu et des vestiaires à la plaines de jeux pour les rugbymans pendant les travaux.

Inutile de vous dire que Jacques a suivi la préparation du dossier, et assistait chaque semaine aux réunions de chantier...

jacques a également participé à la réflexion sur la nouvelle piscine, projet porté par l'agglomération, et a été un moteur essentiel dans le montage du dossier du dojo départemental, mis en service ensuite en 2010.

Afin de boucler la boucle comme on dit, Jacques a tenu, lors de sa dernière année de mandat, à préparer sa succession. Lorsque Sophie Oblinski nous rejoindra tout à l'heure, Sophie qui était devenu très proche de Jacques, vous pourrez une nouvelle fois penser à lui. Il m'avait indiqué à plusieurs reprises qu'il retrouvait en elle toutes les qualités pour reprendre le flambeau, et je peux vous assurer qu'il a joué un rôle déterminant pour son "passage de relais". C'est tout à son honneur.

Aujourd'hui vous inaugurez la salle Jacques LOISEAU; au nom de la ville de Lons, je remercie très sincèrement le club de l'Espérance Lédonienne pour cette belle initiative.

Jacques, un grand homme pour le tennis de table et pour votre association, mais aussi, soyez-en sûrs, un grands homme pour le sport lédonien dans son ensemble, qu'il aimé et servi avec passion.

Je vous remercie

Patrick ROY